Marion Dupuch-Rambert ConseilTalent Management et Développement RH

Comment choisir son coach….

Publié le 03/02/2014
lire l'article
Et voila, c'est fait ! Mon deuxième article sur le métier de Coach est rédigé.....
A très vite pour les prochains et merci de vos commentaires !

A lire dans Management de ce mois-ci / L'empathie : pour motiver, sachez fendre l'armure !

Publié le 03/12/2012

Le lancement, c'est maintenant !

Publié le 06/11/2012

De nouvelles formules pour répondre à vos attentes...

©Coaching on demand - COD : votre partenaire Coach
©Tickets Coach : carnets de session de coaching pour vos collaborateurs (Entreprises et particuliers)
Formation à l’Intelligence Managériale à distance : une formation centrée sur la personnalité du Manager

Ces interventions à distance ont été conçues pour mieux répondre aux attentes des entreprises clientes
avec qui Marion Dupuch-Rambert Conseil collabore depuis ces 10 dernières années, et notamment :
plus de disponibilité, de réactivité, de flexibilité mais aussi de maitrise de coûts.

Ces formules présentent des avantages non négligeables car elles permettent :

  • de s’affranchir des contraintes géographiques
  • d’éliminer certains coûts et donc de proposer des tarifs à plus juste valeur
  • de gagner du temps au mieux..., au pire de ne pas en perdre !

Brochures et tarification sur demande à info@mdrconseil.com

A lire dans Capital : On ne naît pas Leader, on le devient !

Publié le 26/10/2012
lire l'article

C'est quoi l'Intelligence Managériale ?

Publié le 20/10/2012

C’est l’intelligence non cognitive (indépendante du Quotient intellectuel et des apprentissages techniques), soit l’intelligence émotionnelle (voir ce mot *)et sociale, appliquée au monde de l’entreprise et du management. Elle recouvre entre autres la capacité de nouer des relations fructueuses, de convaincre ses interlocuteurs, de s’adapter au changement, de collaborer en motivant l’adhésion sur ses idées. Aujourd’hui dans le monde de l’entreprise si l’on ne se montre pas capable de résoudre des problèmatiques liées aux relations humaines, si l’on ne peut pas faire preuve d’empathie** et/ou que l’on ne sait pas montrer d'intérêt à ses interlocuteurs, il semble alors que le pronostic de succès dans un poste de management soit faible. Pour les managers confirmés mais aussi les nouveaux entrants dans la fonction, c'est alors une nouvelle dimension managériale à prendre en compte et une compétence de performance à développer...

*L'Intelligence Emotionnelle (IE) selon Le modèle de BarOn (1997 et 2000)
Directeur de l'Institut des intelligences Appliquées du Danemark et expert-conseil auprès de nombreuses organisations, le Docteur Reuven Baron a mis au point une des premières mesures de l'IE en utilisant l'expression " quotient émotionnel " (QE). Il définit l'IE comme un ensemble d'aptitudes, de compétences et d'habiletés non cognitives qui influencent la capacité de l'individu à réussir, en s'adaptant aux pressions et aux exigences de son environnement. Il propose un modèle qui regroupe des composantes-clés et des facilitateurs de l'IE (optimisme, joie, développement de soi, indépendance, empathie** responsabilité sociale, conscience de ses émotions...). Selon Reuven BarOn, l'intelligence émotionnelle se développe avec le temps, et il est possible de l'améliorer par la formation, l’expérience et le coaching notamment. Il pose l'hypothèse que les personnes qui ont un QE élevé réussissent en général mieux à faire face aux exigences et aux pressions de l'environnement.
** L'empathie
Ou la compréhension empathique consiste en la perception correcte du cadre de référence d’autrui avec les valeurs personnelles qui s’y rattachent. Percevoir de manière empathique, c’est percevoir le monde subjectif d’autrui "comme si " on était cette personne. La capacité empathique implique donc que, par exemple, on éprouve la peine ou le plaisir d’autrui comme il l’éprouve, et qu’on en perçoive la cause comme il la perçoit (c’est-à-dire qu’on explique ses sentiments ou ses perceptions comme il se les explique), sans jamais oublier qu’il ne s’agit que des expériences et des perceptions de l’autre.
Si cette dernière condition est absente, il ne s’agit plus alors d’empathie mais d’identification.

Marion DUPUCH-RAMBERT